lundi 8 février 2016

LE NU : Point de vue d'une modèle lambda, et d'une femme qui l'est tout autant

Maja desnuda Goya

     Ça fait un déjà un petit bout de temps que j'ai envie d'écrire cet article ( toujours MON opinion, à mon très très modeste niveau et expérience ), et j'avoue avoir longtemps hésité sur la tournure que j'allais lui donner. Je me suis retrouvée face à un syndrome de la page blanche ( et je me suis rendue compte que les gens qui pratiquaient le nu en tant que modèle/photographe l'avaient souvent aussi ) Ce syndrome, je l'ai même aussi dans la vie de tous les jours quand on me pose la question directement «  Pourquoi tu poses nue? »... alors non pas que je n'ai aucune argumentation , ni aucune idée du pourquoi je fais ça, c'est surtout que la question me semble vraiment aussi large et abstraite que si l'on me demandait «  Pourquoi t'aimes le rouge ? Pourquoi t'aimes lire ? Pourquoi t'aimes ce tableau ? Pourquoi tu préfères la montagne à la campagne ? Pourquoi le chat au chien ? ... » J'aurai envie de répondre simplement « Parce que c'est moi... » ( à la manière de Montaigne ), mais le nu, sujet plutôt tabou, demande souvent une réponse beaucoup plus complexe et détaillée pour répondre à l'attente avide du questionneur qui a déjà établi une liste de théories et suppositions parfois totalement absurdes. Et une question large engendre des réponses tout aussi larges et surtout longues : trop d'idées m'arrivent à l'esprit, trop de choses à justifier/expliquer, bref, à l'oral, surtout quand on me coupe la parole lorsqu'une certaine vérité dérange, ou lorsqu'un concept n'est pas compris, c'est assez fatiguant et lassant... On n'a pas toujours bon public on va dire. C'est donc en grande partie la raison pour laquelle j'écris cet article, pour enfin mettre des mots sur ce qui m'est difficile de mettre en forme, de classer et placer au quotidien, dans des conversations. Le nu est presque aussi large que l'idée même de « photo » et chacun a donc ses raisons d'en faire : mes paroles ne seront pas forcément les mêmes que d'autres modèles ou photographes. Certains font ça pour prôner des convictions, parfois par provoc'... Mes propos ne sont pas une généralité.

     J'ai décidé de découper le sujet en plusieurs minis-questions ( parfois ultra stéréotypées, et c'est celles qu'on me pose souvent en vrai d'ailleurs ), car je trouvais beaucoup plus simple pour bien tout survoler et pas trop divaguer. J'espère que ça aidera à comprendre ma vision des choses ^^ !

( je considère ici le nu dans sa globalité : le nu est pour moi le corps sans vêtements, et la nudité engendre la découverte de parties dites « intimes » dans notre société et aux yeux d'une bonne poignée de gens : fesses sexe mais également tétons pour les femmes sont pris en compte. Ainsi je considère le topless appartenant à cette catégorie car il engendre tout autant de réactions et ce côté là m'intéresse dans cet article. )

"Quand as-tu commencé le nu ? Avec quoi ? Avec qui ? Pourquoi ? Tu n'avais pas peur des réactions ?"


     J'ai commencé le nu ( d'abord en topless puis très vite entier ) , quasiment au même moment où j'ai commencé à poser, dès que l'occasion s'est présenté , avec des élèves de l'ETPA ( donc pour le coup il y avait dans le lot des femmes, et des jeunes, de quoi être plus rassurée inconsciemment ). J'ai pas forcément chercher à tout prix à poser nue, mais je considère et aime la photo en sa globalité et ne voulais de base pas me frustrer et me cantonner à quelques genres, car accepter le nu de base permet d’agrandir encore plus sa liberté et ses horizons artistiques. Au début, j'ai agis pour moi, je n'ai jamais pensé aux autres, à leurs réactions : poser ( et poser nue aussi ! )était quelque chose que je voulais depuis plus ou moins gamine, c'était une extension de mon ancienne pratique théâtrale en fin de compte, et ma passion pour les arts picturaux en particulier m'ont poussé naturellement dedans. Je ne voyais sincèrement pas le mal, ni en quoi je devais me cacher car pour moi ça ne relevait strictement que du milieu artistique, et du jeu. Quand je suis rentrée dans le milieu de la photo, il faut le dire, j'étais naïve : je partais du principe que plus ou moins tout le monde avait la même « culture » artistique, du moins avait un minimum de jugeote dépassé les trois premiers poils de la puberté, et savait différencier un site porno dégueulasse et une photo avec un cadre, des idées, du travail, et un échange artistique ... Je partais par exemple du principe que lorsqu'on regarde des oeuvres du cinéma, qu'une scène contient l'actrice principale se mettant à nue/ou pratiquant même un acte sexuel , on ne lui gueulait pas dessus qu'elle était une salope , et elle restait même une femme dite « respectable ». Enfin, ça , visiblement, ce n'était que moi, et c'était au pays des bisounours... et le nu a toujours et continue à causer débat. Mais pour me comprendre, il faut se mettre dans ma tête : je m'en fou des avis des gens sur la question , du moins par rapport à moi, ( la question générale du tabou de la nudité et de la sexualité même est quelque chose par contre qui m'intéresse et provoquer réaction me pousse justement à continuer ), et avis positif ou négatif. Les seuls avis sur mes nus qui m'intéressent sont ceux d'ordre artistique ou technique : pas le c'est bien ou c'est mal. Avec ou sans les gens, j'en aurai fait, je le fais, et le referai s'il fallait recommencer !


Et suivant la logique du regard des autres... "Et t'as pas honte ? Pour ta famille ? Pour ton copain ?"


     Ma famille subissant mes convictions et mon caractère depuis toujours serait plus choqué et inquiet de voir que je change pour eux ou pour quiconque d'autres d'ailleurs, qu'en me voyant poser nue. Oui ça ne plaît pas forcément ( ils sont au courants mais c'est un peu le sujet qu'on évite ), mais par contre une chose est sûre : ceux qui m'aiment se plaisent à me voir épanouie, investie et libre dans mes projets. Vaut-il mieux avoir honte de sa fille parce qu'elle pose nue et que les copines & les copains trouvent ça risibles quand eux-mêmes traînent sur des sites toutes les semaines montrant bien pires et plus « crades » que deux petits tétons , ou vaut-il mieux avoir honte de sa fille car elle s'empêche de vivre de la manière dont elle le désire, d'être heureuse, ne savourant pas ses idées, ses rêves, qu'elle pourrait se donner le moyen d'avoir ? Tout est question du choix de « l'être » ou du « paraître ». Je ne suis pas là pour vous dire quel camp choisir, le mien est trouvé depuis longtemps. Et pour mon copain ? Mais mon copain est fier ! Et nous sommes ensembles : je ne suis pas lui, il n'est pas moi ! Mon corps ne lui appartient pas, et mon corps aussi exposé pourrait-il l'être n'appartient strictement à personne si ce n'est à moi-même. La vraie question qui est sous-entendue c'est : fais-tu ça pour les hommes ? Oui parce qu'en fait, les questions de dignité, honte, copain et tout le tralala... : ça sous-entend qu'en faisant ça tu es une catin , une personne qui passera volontiers pour une fille facile et qui veut attirer la convoitise des hommes. C'est bien connu : des milliers d'années d'art, des centaines et centaines d'années à représenter des corps nus ( et des hommes aussi, les oublions pas ! ) , tout ça pour que Gérard du 66 ( désolé pour les Gérard haha), puisse à toute époque se tripoter la nouille et uniquement pour ça. Je ne pose pas pour plaire , je pose pour me plaire ! Vos « réactions physiques », votre avis sur mon bonnet … je m'en bats les cacahuètes, vraiment, vous pouvez le penser, mais ça reste dans votre tête et ne traduit pas MA réalité. Messieurs, si vous pensez que tout ce que fait une femme vous ait spécialement dédié : en plus d'avoir un ego surdimensionné, vous vous trompez et je pense que vous aurez ( ou avez dut ) avoir de sacrées surprises dans votre vie hein !

Reconnais que tes photos attirent quand même les regards forcément …


     Je n'exclue pas la valeur érotique de certaines photos : elle fait pleinement partie du genre et je ne peux pas l'exclure. Pourquoi le cacher sachant que pour moi la photo est un reflet identique et/ou idéalisé d'une certaine réalité ou au contraire imagination ? La fameuse « Mimesis » qu'on s'emmerde à essayer de faire depuis toujours ... Le nu, l'érotisme, l'amour, et même le sexe... c'est pas ce qu'ont à peu près 99,9% des humains en commun après manger/boire, et ça en reste pas moins LE sujet tabou par excellence. Poser nue, suscite réaction ( et vraiment j'insiste sur ce mot, car la réaction est un début d'échange, et si je suis modèle c'est pour ça : échanger !) , permet de faire ressortir cette hypocrisie aussi, pousse les gens à s'exprimer, émettre un opinion, et c'est peut être le sujet qui touche au fond, en bien ou en mal, le plus de personnes : je ne prône pas l'exposition de l'intime, je suis paradoxalement plutôt pudique dans la vie de tous les jours mais l'art, la photo, permet de mettre en image ( sans rentrer dans la vie privée ) des choses qui rythment notre quotidien en tant qu'Homme et l'humain a toujours eu un besoin fou de représenter, des hommes des cavernes jusqu'à aujourd'hui. Je suis dans un esprit de culte du corps, avec toutes les idées et images qu'il engendre : je trouve que la nature nous ( nous qui comprend femmes... et hommes ) a donné une vie, des formes, des capacités formidables et je considère comme extrêmement dommage de cacher tout ça, de l'étouffer sous prétexte de vouloir « paraître bien aux yeux tous »... bref en subissant les bien pensants.


T'es payé pour faire ça ? T'as des limites ? C'est pas chaud de se mettre apwal devant un photographe  ?


      Je suis amatrice, je ne suis pas en agence, je ne suis pas payé. C'est la loi. Pourquoi je devrai me faire payer plus pour le nu qu'autre chose ? Si je considère que je dois me faire payer pour le nu, c'est que je considère que je fais quelque chose de plus « méritant », « d'exceptionnel » ou que je n'assume pas complètement et vends mon corps en quelques sortes : or ce n'est pas le cas. Le nu en photo est égal pour moi au Beauty, à la Mode, à l'Alternatif … et à toute autre catégorie.
      Et bien sûr que j'ai des limites, que peut-être un jour je repousserai ( ou au contraire augmenterai selon mon avenir pro notamment ) car je ne suis pas surhumaine, j'ai des complexes comme chacun ( et d'ailleurs la photo en général, nu compris, a eu également pour but d'apprendre à en accepter et de renouer avec mon image ) et j'admire très franchement des modèles qui font carrément des performances de folie avec leur corps et pousse le concept jusqu'au bout. J'en suis pour l'instant incapable. Et je fais la photo en tant que réelle passion, et non projet de vie : il est possible qu'un jour j'arrête, me considérant assez rassasiée de ma soif d'échanges et de découvertes. Je ne suis pas du tout inconsciente, et ne peux pas dépasser certains types de photos aussi pour la simple et bonne raison que je pourrai avoir des préjudices pour ma future vie professionnelle ( car le monde n'est pas prêt de changer en un claquement de doigt ).
     Quant aux photographes : c'est pas forcément ceux devant qui t'es le plus à nue qu'il faut le plus se méfier !;) Des cons y en a partout ( voir mon article sur les mauvaises expériences ). Mais lorsqu'un photographe est clean ( ce qui est le cas à 99% des cas si tu fais gaffes à son comportement préliminaire et à son book, ses prises de vue ) , il n'y a pas à s'imaginer que le shooting est une séance de strip-tease déguisé : tu te désapes à part, tu te rhabilles à part. T'as un peignoir, ou une serviette pour les entre-photos. AUCUN contact tactile. Et j'ai presque envie de dire : vous, en tant que spectateur des photos publiées, vous voyez la modèle nue quasiment autant que le photographe lui-même... parce qu'en effet, celui-ci ne se plante pas devant vous en vous dévisageant de la tête au pied sans rien faire. Au fond, il ne vous voit pour ainsi dire nue qu'à travers son boîtier, fait ses photos, et vous enfilez vite votre peignoir/partez vous rhabillez. Il y a un comportement pro et respectueux tant du côté du modèle que du photographe et même parfois largement plus que dans la vie de tous les jours où tu es pourtant tout habillé ;).


     Voilà voilà, je pense avoir à peu près tout dit !Je finis cet article avec quelques avis qui m'ont été envoyé par des photographes. Si vous êtes modèles ou photographes et que vous souhaitez me donner en quelques lignes le pourquoi vous posez nu ou photographiez du nu ( si vous y arrivez) , n'hésitez pas je les rajouterai ici ! La comparaison est toujours intéressante:) !



" Je ne me cache pas , il y a une certaine simplicité dans la préparation avant la séance. Mais avant tout il y a une poésie corporelle quand la demoiselle arrive au nu. Puis la censure qui me lâche pas ! J'aime déranger les esprits trop sages haha ! La femme est un Homme comme un autre eelle a le droit de mettre son corps nu devant un objectif. J'ai eu la chance de bosser avec des modèles qui souvent partagent mes envies graphiques " 

" Pour moi le nu se justifie essentiellement par le projet : si j'ai un truc à exprimer et que ça nécessite du nu, ainsi soit-il. Un thème sur le corps (par exemple) sans nu intégral fonctionne moins bien. C'est juste un vecteur, pas une fin en soi.
Ensuite s'il fallait parler de limites/tabous etc, il faudrait faire de gros paragraphes sur le rapport de notre société avec la religion, le patriarcat, le rapport au corps suivant les époques... "



Commentaires

  1. Houuuaaaouu!
    Je suis contente de pouvoir lire ce texte et me retrouver dans beaucoup de choses dite. MERCI je partage

    RépondreSupprimer