jeudi 7 janvier 2016

Vegetarisme, quelques mois après : avantages, inconvénients, futurs objectifs !



     Je tiens à préciser que j'écris cet article suite à quelques questions que l'on me pose au quotidien, dans la vie de tous les jours, par des gens qui essayent de comprendre et aussi par des gens qui aimeraient pourquoi pas s'y mettre ! Ce n'est en aucun cas un article de propagande car je sais que le sujet créé des émois, c'est juste un compte rendu personnel de quelques mois de végétarisme tant que mes « débuts » me restent en tête ! Et si cela ne vous intéresse pas, rien ne vous empêche de quitter l'article ! =)


Quand, pourquoi et comment suis-je devenue végétarienne ?


    Je suis devenue végétarienne il y a presque une demi-année maintenant. L'idée me trottait dans la tête depuis un sacré bout de temps, je m'étais pas mal informée, mais j'ai attendu de revenir des vacances, de chez mon copain ( qui lui mange de la viande ) pour pouvoir vraiment m'y mettre. J'ai totalement arrêté la viande ( et le poisson mais je n'en mangeais déjà pas avant ) du jour au lendemain, sans transition. Je ne saurai pas comment l'expliquer, mais c'était vraiment un déclic : je devais le faire. J'ai donc sorti de mon frigo et placards tous les aliments contenant de la viande, je les ai mis de côté et en ai filé une partie à mes voisins ou à ma mère. Plus aucune tentation ainsi.
      Si je suis devenue végétarienne, c'est pour plusieurs raisons : la santé & la conviction. Pour la santé j'ai toujours eu de sévères problèmes de digestion qui un jour m'ont même conduit aux urgences, des problèmes de sommeil, de nervosité... qui en m'informant pouvaient être en effet liés à une consommation excessive et mal supportée de la viande. Pour les convictions, je vous laisse librement vous informer sur les conditions d'élevage et d’abatage de la majorité des animaux que vous consommez ( non ça ne se passe pas « qu'ailleurs » ) et de l'empreinte néfaste sur l'écologie que produit l'élevage intensif, ainsi que la quantité de médocs introduite dedans : enfin voilà, je ne me voyais plus PERSONNELLEMENT en consommer encore une fois pour ma santé, et par un respect assez grand que j'éprouve pour les animaux, la vie et la nature en général.

Les débuts :


     Alors, je n'ai personnellement pas eu de difficultés à arrêter la viande, en grande partie je pense car j'étais vraiment très motivée et aussi parce que j'ai su éviter pendant les deux premières semaines de manger à côté de gens qui s'enfilaient un bon beefsteak fumant. Car oui je suis une ex-viandarde, mais vraiment grosse viandarde. J'étais une accro de la charcuterie, on me surnommait même « saucisson » . Je ne concevais pas une journée sans viande, j'étais accro, vraiment... mais j'ai su facilement arrêter, comme quoi tout est possible !
J'ai la chance d'avoir des amis qui ont directement respecté mes choix et n'ont pas insisté pour que j'en remange ( oui, ça a été le cas dans ma famille au départ par exemple... ).
     J'étais, et suis toujours, une lacto-ovo-végétarienne , à tendance beaucoup plus lacto ( c'est à dire que je consomme œufs et lait d'origine animale, mais les œufs beaucoup plus modérément étant donné que je n'aime pas ça et n'en mange qu'à travers de rares gâteaux ou mayonnaise ). Du coup, j'ai dut réapprendre à cuisiner car pour moi un repas normal tournait auparavant principalement autour de la viande : j'ai au tout départ, pour m'aider, pas mal remplacé la viande par la présence de crème fraîche et d'une quantité monstre d'oignons ( j'en rafole ). Chacun a ses techniques pour se sevrer au niveau du goût et de la présence de la viande : moi c'était étrangement celle ci . Je pense qu'il faut pour débuter se trouver des plats dont on raffolait avant et tenter de les améliorer au niveau du goût, en ajoutant des épices diverses pour oublier totalement le fait qu'on a enlevé la viande. Au bout d'un mois, personnellement, j'ai vraiment totalement oublié l'idée d'un steack ou d'une aile de poulet dans mes compositions culinaires. Je n'y pensais vraiment plus et surtout en éprouvais vraiment pas l'envie car j'avais trouvé des alternatives au niveau du goût meilleures que mes plats d'ex-viandarde. C'est pour cela que je n'ai jamais craqué une seule fois !
Bon, et pour finir, sur un plan physique, autant être honnête, au début, ça va pas être de la tarte ( enfin pour moi en tout cas ) : mon corps, habitué à manger énormément de viande ce qui fragilisait bien mon intestin , refusait quasiment totalement la digestion de légumes et fruits ( et c'était déjà le cas avant ) . J'ai passé les trois premières semaines littéralement à me « purger », à être bien malade quoi, dès que je finissais de manger. Mais au bout de trois semaines, plus rien, et j'ai une digestion parfaite ( ce que je n'avais pas avant ). Donc il faut être juste un peu patient haha ! Et en deuxième désagrément du début : la sortie de boutons, l'expulsion des toxines accumulées quoi. Faut savoir que je n'ai JAMAIS eu d'acné, même à mon adolescence j'avais que trois boutons qui se battaient en duel. Les deux premiers mois de vegetarisme m'ont fait découvrir les joies de l'acné, car j'avais une dizaine de boutons qui me sortaient quotidiennement sur le côté des joues, fronts, nez et dos. Puis ça a fini par totalement disparaître pour laisser place à une peau lisse et toute douce, et avec moins d'imperfections ( type points noirs ) qu'auparavant !

Etre vegetarien : ça coûte trop cher !


FAUX. Je peux facilement en témoigner car je suis étudiante avec un budget vraiment très limité et depuis que je suis végétarienne, mon budget course a.... diminué , et ce même en ajoutant quelques produits bios ( et l'astuce étant de faire les marchés notamment pour les fruits et légumes bios )! Les deux premières semaines cela m'a coûté plus cher car j'ai énormément investi dans des épices ( qui durent des mois, on est d'accord ) et ça coûte légèrement plus cher. Mais vraiment, sinon, mon budget a nettement réduit. Par contre en consommant absolument tout bio, peut-être qu'en effet le budget augmente légèrement mais ça doit se jouer à très peu.

Etre végétarien : ça fait maigrir ?


VRAI & FAUX. En fait, tout dépend l'alimentation que vous aviez précédemment. Et aussi ce que vous mangez en tant que végétarien ( parce que moi même en étant végé, je me remplis bien la panse, pensez pas que l'on mange que de la salade ! ). Pour ma part, vu que je mangeais beaucoup de viandes, j'ai légèrement, mais je dis bien très légèrement maigri : en fait en terme de poids je n'ai pas changé ( sauf depuis que je me suis récemment mise au sport bien sûr ) mais j'ai perdu mon aspect, comme dire... graisseux haha. J'ai toujours mes hanches, toujours mes cuisses, toujours mon petit bidou , mais ils paraissent plus fermes moins grassouillets quoi. C'est assez étrange ! ( j'ai constaté aussi la disparition progressive d'une bonne partie de la cellulite et une modification de l'aspect général de la peau ) . Mais ne pensez pas perdre -10kg juste par le fait d'être végétarien, pour perdre du poids facilement et durablement, le seul secret : une alimentation saine et équilibrée ET du sport. Devenir végétarien uniquement pour faire un régime et maigrir est voué à l'échec, autant vous le dire de suite :)

Les points positifs ( je dis vous, mais ça a été ce que j''ai constaté pour ma part ! ) :


  • Vous allez découvrir des aliments et des plats que vous ne connaissiez pas et n'auriez jamais pensé goûter ! Vous allez vraiment vous régaler à découvrir toutes ces choses , que je trouve pour ma part, meilleures que ce que je mangeais avant !
  • Vous allez avoir un autre rapport à la nourriture : plus de « conscience » de ce qu'on mange. En étant végétarien il faut s'informer pour éviter les carences par exemple, ça oblige à bien équilibrer ses plats sur une semaine, et ça se fait tout naturellement en très peu de temps.
  • La santé ! Mais mon dieu, la santé ! Pour ma part, on s'est toujours moqué de moi sur le fait que je dormais 12 à 13h d'affilé en temps normal, ce qui est beaucoup trop ! J'avais jamais associé ça à ma digestion : depuis que je suis végétarienne j'ai un sommeil normal et suis beaucoup moins fatiguée et irritée au quotidien. Mes performances au niveau de la concentration notamment ont augmenté. Ma faim excessive a diminuée. Et ma digestion est parfaite!
  • Peau et cheveux en meilleure santé : au début, c'est la catastrophe ! Mais après c'est un véritable changement très positif vraiment ! Pour ma part , peau plus lisse et nette, sans imperfections. Cheveux beaucoup plus souples et épais.
  • L'envie d'adopter un mode de vie plus sain : être végétarien, pour moi ça s'est imposé comment étant une prise de conscience de mon corps et ses besoins. Je me suis mise donc récemment au sport spontanément  ( alors que je haïssais littéralement ça ) et j'aime ça. J'ai arrêté totalement la consommation de médicaments, ( bien sûr si j'ai une maladie vraiment grave j'en prendrai ), je consomme de plus en plus de produits bios. Me maquillant peu au quotidien et donc pouvant me le permettre niveau budget, j'investis de plus en plus dans des cosmétiques vegan. Il faut se dire qu'il y a à peine un an, j'étais complètement indifférente à tout ça !

Les points négatifs


  • Si on déteste vraiment cuisiner, je pense que ça peut être un peu difficile de s'y mettre.
  • Les sorties : adieu macdo ( à part le wrap chèvre ) , adieu kfc, adieu fast food, adieu multiples choix dans les restos. Dans les sortie entre potes, t'es toujours le boulet qui ne peut pas manger à tel endroit, mais il faut accepter et s'adapter et quand vous avez de vrais amis, ils font toujours en sorte que ça vous convienne aussi.
  • Quand vous êtes invités : chez des personnes qui ne vous connaissent pas vraiment , du genre la belle-famille. C'est vraiment très gênant de devoir refuser de la nourriture, et surtout on ne fait pas toujours face à la même ouverture d'esprit face à soi.
  • Les viandards relous qui s'improvisent nutritionnistes du jour au lendemain et se sentent obligés quand ils apprennent que tu es végé de commenter tes choix ( avec toujours des arguments high level à la con du genre « la carotte souffre aussi ! »... enfin bref. ) , tes possibles carences et le super bon goût du steack hâché d'hier soir, ne comprenant pas que tu t'en fous littéralement de ce qu'ils font et ne commentes par LEURS choix, et que tu as passé plusieurs heures à t'informer sur la nutrition justement et certainement plus qu'eux ( et pour ma part j'en ai même parlé à mon médecin qui est également nutritionniste , et qui approuve totalement mes choix ).
  • Paradoxalement les vegans terroristes extremistes (haha) risquent de vous démotiver en vous disant que vous en faîtes pas assez, alors que chacun doit aller à son rythme et qu'une prise de conscience est déjà un grand pas.
  • Les questions, tout le temps les questions : c'est la raison de mon article d'ailleurs. Après certaines questions partent de bon sentiment, mais on dirait qu'être végétarien c'est le truc de fifou et que ça paraît improbable alors que t'enlèves juste ton morceau de viande de l'assiette concrètement ( certes, ça engendre beaucoup plus après ). Mais après, ce n'est pas tellement extraordinaire, mais ça n'empêche pas d'être vue comme un OVNI.

Quelques petits conseils autres :

  • Pas besoin de faire de la propagande. Personnellement la plupart des gens qui ont appris que j'étais végétarienne l'ont appris juste parce qu'on devait aller manger quelques part et que donc il fallait s'adapter. Ils ont put manger tranquilou leur steack à côté de moi, ça ne m'a pas dérangé du tout. Quand ils abordent le sujet, je réponds aux questions simplement et donne mon avis. Mais les gens font ce qu'ils veulent, et plus vous serez « virulent » avec, plus ils seront dégoûtés de l'idée d'être végétarien. ( c'est personnellement ce que j'étais avant ;) ) Les gens sont assez grands pour s'informer par eux-même et décider de faire leurs propres choix.
  • Quand vous partez quelques jours quelques parts, dans la belle-famille par exemple, ou chez des amis, ça peut être utile de prévoir quelques aliments de secours pour éviter de vous retrouvez à manger uniquement des pâtes ou des feuilles de salades pendant une semaine ( du genre quinoa, lentilles, steack vege... etc )
  • N'hésitez pas à regarder les nombreuses recettes végétariennes qu'il y a sur internet, vous découvrirez des perles ! Et si vous le pouvez, achetez des livres sur le sujet, ça vous donnera envie de cuisiner !
  •  Ne culpabilisez pas si vous craquez quelques fois ! Je pense que pour que quelque chose puisse durer dans le temps, il faut le faire sans frustration. Si un jour vous avez une trop forte envie de viande, mangez-en. Et reprenez votre végétarisme après.

Mes objectifs à venir :


Etant quand même essentiellement lacto-vegetarienne, j'aimerai réduire encore plus ma consommation de lait d'origine animale et même devenir vegan, pour ma santé mais surtout toujours dans une logique de conviction. Je ne bois déjà pas de lait le matin, et j'ai très fortement réduit la crème fraîche dans mes plats. Mais mon péché – mignon reste le fromage ,en particulier le fromage de chèvre. J'aimerai au moins quasiment éliminer la consommation de lait d'origine animale chez moi, ne plus en acheter, mais je ne me sens pas prête encore de le faire à l'extérieur ou quand je suis invitée !

Voilà voilou, j''espère que cet article sera utile à certain(e)s !

Bonne journée =)

Commentaires