jeudi 6 août 2015

12 choses que seuls les solitaires associables comprendront !



     Cet article n'a pas vocation d'être sérieux, ils tournent en auto-dérision des choses que je ressens au quotidien et que d'autres peut-être aussi peuvent ressentir. Ça peut cacher des choses beaucoup plus douloureuses comme la phobie sociale ou la timidité maladive, mais savoir rigoler de nos faiblesses s'impose parfois comme un début de thérapie,et c'est tout l'intérêt de l'article !

1. Ta batterie de téléphone tient une semaine voire plus 



 Ben ouai, ton portable croupi dans un coin de ton appart', prend la poussière et ce n'est que quand il se met à sonner parce que ta mère ( ah ma mère... ) n'a plus de nouvelles de toi , ou que ton chéri aussi vient aux nouvelles, ( et/ou pour moi que l'alarme de ma pilule sonne ) que tu te rappelles de son existence.

2. D'ailleurs, les appels sont une source d'angoisse permanente 



     Quand le téléphone sonne, tu as ce petit battement au cœur qui espère que ce soit une personne à qui tu as déjà parlé 40000fois au téléphone... Du genre... Ta mère, et... Ta mère. Pour le reste, même amis proches ( pour le peu que t'en as ), tu réponds en laissant deux/trois sonneries s'écouler pour faire genre « j'ai une vie sociale je peux pas répondre de suite » ( et te laisser une préparation psychologique aussi ) et quand tu réponds, tu essayes d'écourter au plus vite la conversation sur un ton pas du tout naturel , rythmé par quelques bégaiements et hésitations que tu n'as pas au quotidien. 

3. Ta principale source d'insomnies : les choses administratives 



     Rien qu'à l'idée de devoir appeler un bureau, une assurance... Tu n'en dors pas ! Outre le fait de devoir téléphoner, la peur d'être en face d'une personne inconnue et devoir lui parler clairement de papiers et de trucs sérieux en étant clair, posé, et de ne pas pouvoir contrôler la durée de l'éventuel entretien, tu as une grosse boule au ventre. En fait, tu as toujours l'espèce d'impression de passer pour un gros mais très gros crétin !

 4. « Tu peux me passer ton numéro de téléphone » ...BWAAAAAA *cri de lapin crétin* 



     Quand on te demande ton numéro, ( soit quand une personne te réclame à être autorisé à t'appeler et à ouvrir pour toi les portes de l'enfer ) ton cerveau fait milles tours « Ouai mais par contre ça sert à rien de m’appeller je capte pas / j'ai jamais le temps / mon micro ou son marche pas ... » C'est bien connu, j'ai une vie de folie !

5. Tu ne prends jamais de nouvelles des gens... et ne veux pas qu'on en prenne de toi



      C'est pas que tu les aimes pas hein, mais ils te font peur et t'as tendance à ne « pas vouloir faire aux autres ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse » D'ailleurs tu choisis judicieusement de la sorte tes vrais amis qui se comptent généralement sur les doigts d'une demi-main : généralement , des gens dont tu sais qu'ils ne font jamais de soirées, ne te reprochent pas de ne pas venir leur parler régulièrement, ne prennent de tes nouvelles que quand il t'est arrivé un truc super grave ( et ils le font par sms ) et dont tu sais aussi qu'ils viendront pas t'emmerder si tu veux partir t'isoler sans rien dire six mois du jour au lendemain en patagonie du sud-ouest élever des lamas : bref des sortes de solitaires associables eux-aussi.

6. Tu as des phases spontanées de sociabilisation... Que tu finis par regretter quelques jours après.



     Aujourd'hui c'est le grand jour, allez, je me refais une soirée pour revoir des gens et leur parler ! Du coup tu ne te souviens plus de la moitié des personnes quand tu débarques, ils viennent te voir, tu fais mine que t'es super à l'aise à prendre de leurs nouvelles , pour pas dire que t'en fais trop même ( mais bon vaut mieux ça que d'avouer que tu t'en fous royalement de leur vie et que tu ne te souviens même plus de leur prénom ou de ce qu'ils font dans la vie ) Pis, tu te lies plus d'amitié avec quelqu'un... Sauf que vu que t'en fais trop, que tu veux paraître super agréable et sympa, et que les gens ne sont pas habitués à te voir s''intéresser à autrui c'est pour, ma part, souvent pris à mon grand désarroi pour de la drague et/ou une volonté d'attirer un quelconque intérêt d'être avec la personne, ou de lui sous-entendre un service. Du coup, des trucs te retombent sur la tronche , et tu repars soigneusement t'enfermer dans ton 18m carré.

7. Tu ne veux surtout pas réclamer d'aide, même si aider toi par contre à travers des associations par exemple ne te déplairait pas. 




     On dit alors souvent que tu es têtue, pourtant la règle est simple : demander de l'aide = parler à quelqu'un et être obligée d'être sympa avec = prendre des nouvelles, ET lui devoir quelque chose même implicitement = sensation d''être enchaîné à la personne, tout simplement . Faudrait pas qu'il t'invite après et tout...

8. Quand tu te connectes sur ton ordi', t'as l'impression que c'est pour faire augmenter ta barre de sociabilisation qui est au rouge, comme dans les sims, faute d'avoir des gens irl à aller voir .




    Oui faudrait pas que tu finisses par voir des lapins roses débarquer dans ton appart pour te faire un ami , et sans les avoir invité en plus !

9. Tu évites les lieux trop fréquentés  



     Tu étudies soigneusement le comportement de la populasse pour éviter d'aller acheter un nouveau jean au milieu d'un troupeau sauvage d'inconnus, de traverser une rue au moment où Jean-Pierre, ton ex , ou Marceline la fille qui te collait au lycée, risquerait d'y être, tu pars à la montagne l'été, et à la plage l'hiver, ne va voir un film au cinéma qu'au moment où tu es sûre que tout le monde l'a déjà vu...
 
10. Tu t'en fous de ton image et ressembles à René la taupe en semaine



     Tu prends soin de ton physique uniquement pour toi ( et ton copain quand tu le vois ), et si t'en as pas envie,tu peux sortir « en déchet » sans que cela te pose aucun soucis puisque tu t'en fous royalement de l'opinion des autres. Dans les moments de fatigue et de laisser-aller en hiver , tu as en plein centre ville le pelage du petit ours brun, la coiffure d'Einstein et les lunettes de Sibylle Trelawney !


11. Chaque année, quand ton anniversaire approche, tu te dis : « Allez c'est la bonne, j'organise quelque chose »




     Puis le temps que tu réfléchisses à qui inviter sans te sentir oppressée, quoi faire, et comment se passera la soirée autrement que « tous les autres s'amusent et discutent , moi je suis sur le canapé seule, en train d'inventer une histoire d'amour entre une chips et une olive », ton anniversaire est déjà passé et au fond, rien n'est mieux pour toi que de le passer seule sans personne qui y pense, peinarde, en train de manger un bon gros bol de céréales dans ton lit sous trois tonnes de couverture. Puis après tout tu n'aimes pas tellement assister à ceux des autres, pourquoi faire subir le tient: dans chaque anniversaire, tu as l'impression de passer ta journée citoyenne avec un moment long et désagréable mais un peu obligatoire et de la bonne bouffe.

12. Deux mois avant le nouvel an, tu prépares déjà ta liste d'excuses pour refuser toutes les propositions.




     Le nouvel an, c'est l'étape de ta vie que t'aimerais gommer : une fête remplie de monde alcoolisé, où tu t'emmerdes profondément et est témoin de la déchéance des autres. Tu décides de ne pas y aller et de passer ta soirée tranquille dans ton lit : mais même en l'évitant, t’assistera forcément à la vague de publications de photos traduisant les supers soirées de fifou que les autres ont fait, et tu devras manger pendant un mois le « t'as fait quoi au nouvel an», ce que à quoi tu répondras "des lentilles en conserve en regardant 120minutes de bonheur" et ce à quoi par la suite on te collera définitivement l'étiquette d'associable.


.Si je trouve d'autres choses qui me viennent à l'esprit, je les rajouterai sûrement !
 J'espère que cet article vous aura fait un peu sourire et peut-être comprendre certains comportements chez certaines personnes pourquoi pas même s'il s'agit ici de mon cas personnel sous une ( grosse ) couche humoristique ! ^^

Commentaires

  1. Un article saisissant de vérité !! Certains ne comprendront jamais

    RépondreSupprimer