lundi 31 août 2015

1 an déjà !

Morphine


Et voilà, cela fait à peu près un an que j'ai décidé de m'investir en tant que modèle : c'est l'heure du bilan !

Septembre 2014 : c'est en arrivant sur Toulouse que je décide de bouger mes petites fefesses pour trouver mes premières collab' avec une unique photo « sérieuse » dans mon book et les autres prises avec mon petit appareil photo numérique, sans grande qualité ni prétention juste de quoi voir ma bouille. C'est à l'ETPA, via une annonce, que j'ai eu la chance de commencer à poser, accueillie par deux personnes vraiment sympathiques qui n'ont fait que décupler mon enthousiasme.

Suite à ça et ce jusqu'à décembre 2014, je n'ai pas beaucoup reposer pour la simple et bonne raison que je fais partie de ce type de personne, timide refoulée, qui n'ose pas se planter devant un photographe et lui dire «  Coucou , on fait une collab'? », par peur de gêner, par peur de m'imposer... Certains me l'ont reproché, notamment chez les modèles, me disant que je rate de nombreuses rencontres, mais dans le sens inverse , ce genre de comportement a le mérite de ne pas te faire passer pour la grosse rapiace des collab' et attire des gens vraiment intéressés par ton profil, ce qui pour ma part me séduit beaucoup plus. C'est donc, de rares contacts hasardeux en rares contacts hasardeux que j'ai commencé à constituer mon book. Je considère que c'est à partir de janvier 2015 que j'ai commencé véritablement à être contactée.

En effet, ceci étant sûrement dut aux petits progrès que je ressentais de photos en photos, j'ai pris beaucoup plus d'assurance, j'ai enfin commencé à être à l'aise dans mon corps ( et même dans la vie de tous les jours en général ) et j'ai mieux cerné vers quel type de photos je voulais me tourner : j'ai essayé et essaye toujours de façon réussie ou non, de jouer sur l'expressivité du visage, du regard et du corps et mise sur des projets mettant en valeur ces caractéristiques là. J'ai une obsession à vouloir être une modèle « caméléon » , essayant de ne pas tomber dans des clichés de « l'alternatif » qu'on avait tendance à me poser au début et qui sont assez difficiles à retirer . Je ne voulais plus qu'on associe ma façon de poser à « modèle porte-manteau » mais qu'on mise plutôt sur ma personnalité à part entière , sans une grosse étiquette avec un style donné sur le front, ni en pensant que mes 19ans empêchent d'aborder des sujets sérieux. Et je considère qu'aujourd'hui c'est mission réussie puisqu'on me propose de tout et par un peu tout le monde et vous pouvez pas savoir comme ça me fait plaisir !

Mais soyons honnêtes , si le fait d'être modèle amatrice m'a apporté confiance, estime de moi, des gens formidables et du piment dans ma vie au quotidien, cela a également était suivi de son lot de petits ennuis. Entre messages de faux-tographes pervers que l'on reçoit deux fois par semaine, les comportements lunatiques, capricieux de certains artistes, mes une ou deux expériences « étranges » en shooting ( je ne peux pas en parler ici, j'y accorderai peut-être un article, mais sachez que par deux fois j'ai voulu totalement « fuir » pendant un shooting...), la concurrence et la jalousie qui font rendre les gens totalement stupides voir méchants mais également un gros paquet d'insultes, parfois même de la famille, parce qu'ils ne comprennent pas ( et ne comprendront certainement jamais ) ce que tu fais et ne veulent même pas essayer du moins de le respecter ( ce que toi tu t’obstines de faire à propos de leur avis, enfin bref... ) : je peux sans honte vous dire que j'ai faillit plusieurs fois abandonner. Mais en faisant la comparaison de la peine que j'ai de vivre ce genre d'absurdités et la peine que j'aurai à arrêter, il n'y a pas à réfléchir : Je continue !

Ce un an à poser m'a emmené de nombreuses réflexions sur l'art et la puissance de l'image. Quand je vois les réactions que suscitent de nombreuses photos, je me dis que ça emmène le débat et c'est tout de même fantastique de pouvoir débattre à partir de rien , juste de quelques pixels. La photo m'a permis d'ouvrir la discussion sur de nombreux sujets tels que la nudité, la sexualité, le corps, la féminité et les critères de beauté. C'est très intéressant de partager avec des gens, parfois d'avis divergents : mais qu'importe, ça ouvre l'esprit et d'un côté comme de l'autre, ça emmène la réflexion et parfois l'introspection. Bref, au delà de la simple envie de poser et de faire de la photo une véritable extension de ma petite pratique théâtrale, j'ai une véritablement volonté à comprendre des choses sur autrui et sur moi-même.

Je n'oublie pas non plus les amitiés que j'ai put lier dans le milieu : elles sont rares, mais spontanées, vivantes avec une véritable passion qui les relient. Etant une sorte d'associable, très vite paniquée par le comportement des gens, avoir put rencontrer des personnes formidables avec qui j'ai put être à l'aise aussi bien dans mon corps que dans les discussions , avec qui j'ai put échanger, créer, ça m'a véritablement apporté une bouffée d'oxygène !

Je considère ma première année comme réussie, je pense m'être donné tous les moyens que j'avais pour faire ce qui me semblait le plus en accord avec mes volontés. Quand je regarde mes premieres photos et les dernieres, j'ai l'impression d'avoir vraiment avancé.

Pour la prochaine année, je compte continuer dans ma lancée et essayer de jouer dans au moins un projet video quelconque et/ou reprendre le théâtre car le jeu d'actrice me manque ! Ceci dit, je ne sais pas si c'est mon côté rêveuse enfantin qui m'a quitté, mais je ne souhaite plus me donner autant , multiplier les collab', ne possédant plus autant de motivation, déjà blasée par certains côtés mais surtout préoccupée par ma « vraie vie » qui a prit le dessus sur tout.


C'est donc affaire à suivre !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire